Le maire de Saint-Brieuc refuse d’appliquer le couvre-feu à 18 h dans sa ville «On ne va rien changer»

Un acte de désobéissance qui pourrait en inspirer d’autres. L’élu breton estime que sa ville n’est pas « encore un territoire en crise (…) Si nous étions en crise, je n’aurais pas du tout cette réaction ».

publicités

Le maire de Saint-Brieuc (Côtes-d’Armor), Hervé Guihard, a bien l’intention de « déroger » au nouveau couvre-feu appliqué à 18h.  Il a décidé de ne pas mettre en place le couvre-feu à 18h dans sa commune.

Le maire divers gauche Hervé Guihard part en guerre contre les restrictions gouvernementales pour lutter contre l’épidémie de coronavirus. Alors que le couvre-feu est en vigueur depuis samedi dans toute la France, l’élu breton assure qu’il ne va pas mettre sa ville sous cloche à partir de 18h.

publicités
Le maire de Saint-Brieuc, Hervé Guihard. © Radio France – Johan Moison

« On a le droit de déroger, alors faisons-le »

« On ne va rien changer, a-t-il indiqué à Franceinfo. On va continuer à ouvrir les écoles, les crèches, les centres de loisirs, les centres d’accueil jusqu’aux horaires classiques. Parce que sinon, ce sont toujours les plus défavorisés qui trinquent ». Hervé Guihard affirme d’ailleurs être dans son droit d’appliquer ou non la mesure.

« On a le droit de déroger, alors faisons-le », estime l’élu, qui veut permettre « à toutes les familles de mieux s’organiser, de continuer à vivre un peu mieux, d’aller chercher leurs enfants un petit peu plus tard ». ​

publicités

Hervé Guihard, du mouvement Place publique, a également regretté l’absence de concertation avec les élus locaux de la part du gouvernement. À la question, « Y a-t-il eu concertation ? », l’édile a répondu de façon catégorique : « Absolument pas »« J’ai beaucoup de respect pour notre préfet avec qui on travaille très bien. Si on en avait échangé, on aurait trouvé une mesure qui serait adaptée », a-t-il indiqué.

Et d’ajouter, « les préfets n’ont aucune liberté. Ils agissent sous ordre de l’État et c’est leur fonction. Mais il n’y a pas de dialogue sur cette proportionnalité qu’évoque notre Premier ministre, qui ne se joue pas sur le territoire. Pour lui, proportionnelle, c’est juste le créneau horaire. »

« Continuer à vivre un peu mieux »

En conséquence, d’après Hervé Guihard, l’absence de couvre-feu à 18h pourrait permettre «à toutes les familles de mieux s’organiser, de continuer à vivre un peu mieux, d’aller chercher leurs enfants un petit peu plus tard, d’en profiter pour faire leurs courses un peu plus tôt et aller dans les quelques commerces qui seront ouverts».

D’autant que faire appliquer cette restriction aurait pu se révéler compliqué pour l’élu, sa mairie étant «en manque d’agents», en raison de la présence «de personnes vulnérables» dans leurs rangs.

Autre argument, sanitaire celui-là, le maire de gauche estime que sa ville «n’est pas encore dans un territoire en crise. Si nous étions en crise, je n’aurais pas du tout cette réaction».

Franbuzz sur Facebook

Répondre