Le parquet de Marseille classe sans suite la plainte sur les essais cliniques de Didier Raoult

Les deux signalements concernant les études cliniques sur l’hydroxychloroquine contre le Covid-19 menées par l’IHU et Didier Raoult ont été classés sans suite par le procureur de la République de Marseille.

publicités

Le parquet de Marseille a annoncé dans un communiqué que deux signalements d’études cliniques menées par l’IHU Méditerranée sur l’hydroxychloroquine ont été classés sans suite. Un professionnel de santé avait fait ces signalements en avril dernier. Ils concernaient les conditions dans lesquelles les études étaient réalisées.

Dans un communiqué de presse transmis ce mardi, la procureure de la République de Marseille Dominique Laurens annonce qu’elle a classé sans suite le 12 novembre dernier la plainte visant l’IHU, dont Didier Raoult est le directeur, après « un signalement émanant d’un professionnel de santé ».

publicités

La liberté de prescription des médecins

Le parquet a notamment souligné qu’au moment des faits, aucun médicament n’était officiellement autorisé pour traiter le Covid-19 ou prévenir une infection. Les médecins étaient alors en droit de prescrire des médicaments aux patients, même s’ils sortaient de leur indication approuvée par leur autorisation de mise sur le marché.

Et ce, en vertu de la liberté de prescription des médecins, note France 3. Didier Raoult est par ailleurs visé par une autre plainte en lien avec l’hydroxychloroquine. La Société de pathologie infectieuse de langue française (Spilf) lui reproche d’en avoir fait la promotion alors que son efficacité n’était pas prouvée et estime qu’il a enfreint le code de déontologie médicale.

publicités

De son côté, le professeur marseillais multiplie lui aussi les plaintes à l’encontre de ses confrères, précise La Provence : « Dans le viseur, un vice-président de l’Ordre départemental des médecins et le Pr Karine Lacombe, cheffe du service des maladies infectieuses de l’hôpital Saint-Antoine à Paris », écrit le quotidien régional.

Franbuzz sur Facebook

Répondre