Le risque de morsure ne dépend pas de la race du chien, affirme l’Agence nationale de sécurité sanitaire

Une morsure peut être provoquée par une multitude de facteurs tels que le stress, l’âge ou le sexe de votre animal selon une étude de l’Anses. La race n’est pas déterminante.

publicités

Une étude menée par Agence nationale de sécurité sanitaire révèle qu’il n’y a pas une race plus dangereuse que d’autre et indique que de multiples facteurs comme le sexe, l’âge, le développement ou encore les conditions de vie de l’animal peuvent conduire à une morsure.

À la demande du ministère de l’Agriculture, l’Anses a cherché à identifier les critères de « dangerosité des chiens » et la race de l’animal est loin d’être un facteur déterminant.

publicités

Permis de détention

En France, certaines races de chiens sont considérées comme « dangereuses »: les chiens d’attaque (American Staffordshire terrier ou pit-bull; Mastiff, Tosa) et les chiens de garde et de défense (American Staffordshire terrier, Rottweiler, Tosa, assimilables à des Rottweiler).

Leurs propriétaires doivent posséder un permis de détention. A la demande du ministère de l’Agriculture, l’agence sanitaire Anses a cherché à déterminer « la dangerosité des chiens », selon un communiqué.

publicités

Les chiens mâles, plus agressifs

Les chiffres disponibles font état de 10 000 morsures par an mais « ce chiffre est certainement en-dessous de la réalité », relève Matthieu Schuler, directeur général délégué au pôle science de l’Anses.

« Il y a un très grand nombre de conditions qui conduisent à une morsure : certaines dépendent du chien, son développement, son bien-être… d’autres facteurs sont liés aux personnes, leur âge, le lieu où ça se déroule, le fait qu’ils soient attentifs ou non aux signaux du chien », poursuit-il.

Il ressort de l’étude de l’Anses que les chiens mâles sont plus agressifs, de même que les chiens adultes. Un sevrage trop précoce, un contact avec l’humain trop tardif, les conditions de vie de l’animal, son éducation, sa santé jouent également.

« Les enfants en bas âge sont plus à risque »

En revanche, « il n’y a pas de race plus dangereuse que d’autre », déclare Julie Chiron, coordinatrice de l’expertise.

Tous les humains ne sont pas exposés de la même façon. « Les enfants en bas âge, les hommes et les professions en contact fréquent avec les chiens, et les personnes utilisant les chiens de fonction particulière, de garde et de défense, sont plus à risque que les autres », selon l’Anses.

« Les enfants détectent moins bien les signaux de stress émis par un chien que les adultes », explique Julie Chiron, qui précise que les garçons de moins de 15 ans sont particulièrement concernés.

Ces signaux de stress peuvent être le « léchage de la truffe, bâillements répétitifs, détournement du regard, etc. », indique l’Anses.

L’agence recommande de « créer un observatoire » des morsures pour avoir plus de données, de « renforcer l’évaluation comportementale » faite en cas de morsure, sur demande du maire ou du préfet ou pour certaines races, et d’« augmenter le nombre de vétérinaires qui peuvent la donner », indique Matthieu Schuler. Elle insiste aussi sur la nécessité de sensibiliser aux besoins des chiens.

avec AFP

Franbuzz sur Facebook

Répondre