Les effets de l’inflation : Vers une augmentations du Smic en octobre

Bientôt une bonne nouvelle pour les salariés au Smic ? Le salaire minimum va progresser de 34 euros par mois au 1er octobre sous l’effet de la formule de revalorisation automatique. C’est la conséquence du niveau élevé de l’inflation.

publicités

Le SMIC, chose rare, va augmenter le 1er octobre, conséquence d’une hausse de 2,2 %  de l’indice des prix servant de base à de possibles revalorisations, selon le chiffre publié ce mercredi par l’Insee. Le ministère du Travail a annoncé que l’augmentation du Smic correspondrait à 35 euros brut par mois, soit 2,2 %.

L’Insee confirme par ailleurs une accélération de 1,9 % de l’inflation en août sur un an. « Cette hausse de l’inflation résulte notamment du rebond des prix des produits manufacturés (+1,1 % après -1,1 %) », de ceux de l’énergie, de l’alimentation et des services, explique l’Institut national de la statistique dans un communiqué.

publicités

« L’indice des prix à la consommation hors tabac des ménages du premier quintile de la distribution des niveaux de vie (…) est en hausse de 2,2 % » par rapport à novembre 2020, mois de référence lors de la dernière revalorisation du Smic au 1er janvier dernier, ajoute par ailleurs l’Insee.

Cette évolution ouvre la voie à une augmentation du salaire minimum, puisque selon le Code du travail, une progression d’au moins 2 % doit entraîner une revalorisation du Smic au 1er octobre.

publicités

Hausse inédite depuis 2012

Une telle hausse en cours d’année est inédite depuis 2012, le Smic bénéficiant chaque année d’une hausse mécanique calculée selon deux critères: l’inflation constatée pour les 20% de ménages aux plus faibles revenus et la moitié du gain de pouvoir d’achat du salaire horaire de base ouvrier et employé (SHBOE).

Le Smic avait ainsi été augmenté de 0,99% au 1er janvier pour atteindre 1.554,58 euros brut par mois, soit une hausse de 15 euros. Cette hausse avait porté le montant brut horaire à 10,25 euros.

Chaque année, certains syndicats (comme la CGT qui réclame un Smic à 1.800 euros brut) demandent au gouvernement d’aller au-delà de la hausse automatique, mais le dernier « coup de pouce » (de 0,6% couplé à 1,4% au titre de l’inflation de façon anticipée) remonte à juillet 2012, au lendemain de l’élection du président socialiste François Hollande.

L’indice des prix à la consommation harmonisé (ICPH), qui sert de base de comparaison au niveau européen, a lui augmenté de 2,4 % sur un an, après +1,5 % en juillet. Sur un mois, il a progressé de 0,7 % après +0,1 % le mois précédent.

Les gouvernements qui ont suivi se sont abstenus de toute hausse exceptionnelle, jugeant que cela nuirait à l’emploi des moins qualifiés.

Avec AFP

Franbuzz sur Facebook

Répondre