Les employées d’une cantine soupçonnées de voler le repas des écoliers en Seine-Maritime

Trois femmes travaillant à la cantine de l’école de Goderville ont été interpellées par les gendarmes. Elles sont suspectées d’avoir détourné de la nourriture.

publicités

Trois femmes travaillant dans une école primaire de Goderville (Seine-Maritime) ont été interpellées après une plainte déposée à la gendarmerie par la municipalité. Elles sont soupçonnées d’avoir détourné de la nourriture de la cantine au détriment des enfants, rapporte 76actu.

« La mairie fait état du constat que depuis un certain temps, la marchandise livrée par des prestataires et destinée donc à la cantine, n’était pas intégralement servie. Des enfants se plaignaient régulièrement de ne pas avoir le repas annoncé ou sa totalité », indique à nos confrères Bruno Dieudonné, procureur de la République.

publicités

Même si le signalement des faits ne remonte qu’à mi-septembre, de nombreux parents auraient dénoncé la situation ces derniers mois. Les investigations menées par les gendarmes ont permis d’établir que trois employées auraient volé des denrées entre janvier et septembre 2021.

Des cordons-bleus découpés

Les gendarmes ont ouvert une enquête et ont rapidement établi que « trois personnes qui intervenaient à des titres divers au sein de la cantine détournaient de la marchandise ». Selon l’enquête, les faits auraient eu lieu entre janvier et septembre 2021. Interpellées, les trois femmes mises en cause ont reconnu « tout en minimisant les faits ».

publicités

Selon le procureur, l’argument avancé par l’une d’elle consistait à dire « qu’il s’agissait de restes emportés plutôt que de la nourriture détournée ». Reste que des éléments du dossier auraient établi que « certaines denrées n’étaient effectivement pas distribuées aux enfants et étaient détournées.

Ces personnes utilisaient un subterfuge pour masquer ces détournements. L’une d’entre elles a expliqué notamment que plutôt que de présenter un cordon-bleu entier, elles découpaient des petits morceaux, et donc la part laissée dans l’assiette était moindre que ce qui était prévu. Ce qui permettait de détourner de la marchandise ».

Les trois mises en cause seront selon le procureur « rapidement convoquées devant un délégué du procureur pour une composition pénale où leur sera proposée une peine d’amende ».

Avec Agences