Les images insoutenables de piétons trainés par des individus en voiture : deux hommes en garde à vue

Après la diffusion d’images devenues virales, et montrant un automobiliste qui s’amuse à agripper et traîner deux piétons jusqu’à ce qu’ils chutent, ce dimanche 9 janvier à Noisy-le-Sec (Seine-Saint-Denis), une enquête a été ouverte et l’homme en question a été placé en garde à vue.

publicités

Il semble qu’il s’agisse de deux séquences distinctes ramenées à une. Au total, 34 secondes sur lesquelles apparaissent successivement deux hommes agrippés à travers la vitre de la portière d’une voiture, puis tirés par un autre homme assis à bord du véhicule avec au moins un passager.

Les deux piétons sont ensuite contraints de courir près du véhicule avant de finir par chuter au sol. Plusieurs signalements ont été adressés à la police nationale après la diffusion de cette vidéo, notamment par le biais de la plateforme Pharos.

publicités

Un automobiliste crée l’indignation sur les réseaux

Une enquête a été ouverte ce lundi 10 janvier, nous apprend Paris Match, après la diffusion dimanche 9 janvier d’une vidéo montrant un automobiliste qui s’amuse à agripper et traîner deux piétons jusqu’à ce qu’ils chutent à Noisy-le-Sec (Seine-Saint-Denis). Pendant ce temps-là, le passager, qui ne cache pas son amusement, filme la scène.

Légendée par un simple « fou rire de la soirée », la vidéo à l’origine de l’enquête, accole deux extraits qui durent chacun quelques secondes. Elle a fait l’objet de nombreux signalements d’internautes.

publicités

Plusieurs victimes

Le suspect s’est présenté mardi matin à 5h15 au commissariat de Noisy-le-Sec, se déclarant être l’auteur de la vidéo et de sa diffusion sur les réseaux sociaux. Un premier homme, contacté par la police, s’était rendu lundi vers 17 heures, avait indiqué une autre source policière.

Sous-titrée « fou rire de la soirée », la vidéo amateur à l’origine d’une enquête de police a fait l’objet de multiples signalements d’internautes sur Pharos, plateforme créée en 2009 pour signaler les contenus et comportements en ligne illicites.

Une enquête a été ouverte des chefs de violences avec arme en réunion. Une première victime apparaissant sur la vidéo et âgée de 64 ans a déposé plainte, fait savoir le parquet ce mardi. « Elle expliquait que dans la soirée du 8 au 9 janvier 2022, les auteurs lui avaient demandé une cigarette. Au moment où il la tendait au conducteur, ce dernier l’attrapait par le bras, le retenait de force, et démarrait en accélérant, ce que démontrait la vidéo diffusée », indique le procureur de la République de Bobigny Éric Mathais ce mardi.

« Cette victime subit notamment une fracture de l’épaule et du pied et doit faire l’objet d’un examen médical devant les unités médico-judiciaires aujourd’hui pour déterminer l’incapacité totale de travail », ajoute le parquet.

Le magistrat ajoute qu’une femme qui n’apparait  pas sur la séquence diffusée se présentait en outre dans la nuit du 10 au 11 janvier 2022 pour déposer plainte de faits similaires qu’elle disait avoir subis le 9 janvier.

Deux suspects en garde à vue

Au lendemain du tournage des images et de leur diffusion sur les réseaux sociaux, un individu était interrogé par les enquêteurs « Un homme a été placé en garde à vue ce lundi », indique le parquet de Bobigny à LCI. Ce mardi matin, Gérald Darmanin, sur RTL, a indiqué qu’un deuxième individu était entre les mains des policiers.« Le chauffeur filmé dans la vidéo était rapidement identifié par les policiers locaux. Le 10 janvier 2022 à 17h15, il se rendait sur un parking, lieu de rendez-vous fixé avec les services d’enquête où il était interpellé.  Un deuxième individu présent dans le véhicule se présentait au commissariat le 11 janvier 2022 où il était également placé en garde à vue » détaille le procureur Eric Mathais.« Les investigations se poursuivent pour identifier l’ensemble des passagers du véhicule, exploiter le téléphone portable avec lequel la vidéo a été réalisée et retrouver d’autres victimes éventuelles » conclut le procureur.