Les non-vaccinés ont 12 fois plus de risques d’être hospitalisés !

Les cas de contaminations au Covid-19 repartent à la hausse en Europe et en France. Invité de Sonia Mabrouk sur Europe Matin mercredi, le professeur Alain Fischer est revenu sur la situation sanitaire et a exposé les risques qu’encourent les personnes non-vaccinées. Il a estimé que la situation serait «dramatique» à l’heure actuelle sans la vaccination.

publicités

La menace d’une cinquième vague se précise en France alors que les cas de coronavirus flambent. Mardi, 20.000 personnes ont été testées positives dans le pays où la situation est suivie de près par les autorités. Invité sur Europe Matin mercredi, l’immunologue chargé de la coordination de la stratégie vaccinale du pays, Alain Fischer, a rappelé les risques qu’encourent les personnes non-vaccinées contre le Covid-19.

«Des dizaines de milliers de morts supplémentaires» sans la vaccination

«Si l’on n’est pas vacciné, le risque d’être hospitalisé et d’aller en soins intensifs est 12 fois supérieur à celui des personnes vaccinées», a-t-il affirmé en se basant sur une étude de Santé publique France. «C’est la réalité de ce qu’il se passe en France et il faut le répéter pour essayer de convaincre ceux qui ne sont pas encore vaccinés», a poursuivi le professeur.

publicités

Selon lui, sans la vaccination la situation serait bien différente à l’heure actuelle. «Il y aurait des dizaines de milliers de morts supplémentaires, nous en serions à notre je ne sais combientième confinement avec les conséquences économiques que cela entraîne. Le système de santé serait de façon chronique en situation de grande tension… Ce serait un drame. Comme le vivent certains de nos voisins européens.»

Ces chiffres doivent être rapportés au nombre total de vaccinés et de non vaccinés

Les chiffres mis en avant par la Drees révèlent qu’entre le 25 et le 31 octobre 2021, « le nombre d’entrées en soins critiques pour les personnes non vaccinées est stable », tandis qu’il est « en augmentation » chez les personnes vaccinées. Les non vaccinés représentent ainsi 51 % des admissions en soins critiques, et les vaccinés 42 %. Autre donnée mise en lumière dans ce document : 44 % des admissions en hospitalisation conventionnelle concernent les non vaccinés. Les vaccinés représentent quant à eux 48 % des personnes admises en hospitalisation conventionnelle.

publicités

Certains internautes y ont ainsi vu une preuve du manque d’efficacité du vaccin anti-Covid-19. Pourtant, ces chiffres ne doivent pas être interprétés en l’état : ils doivent être rapportés au nombre total de vaccinés et de non vaccinés dans la population.

La Drees rappelle ainsi que la proportion de personnes non vaccinées chez les 20 ans ou plus est de 11%, tandis que dans cette tranche d’âge, 86% de la population est vaccinée. « Ainsi, à taille de population comparable, il y a environ 9 fois plus d’entrées en soins critiques parmi les personnes non vaccinées que parmi celles qui sont complètement vaccinées de 20 ans et plus », peut-on lire dans le document. Et ce n’est pas tout : il y a également 9 fois plus de décès chez les personnes non vaccinées que chez les personnes complètement vaccinées à taille de population comparable entre le 4 octobre et le 31 octobre 2021, note la Drees.

La part de vaccinés hospitalisés augmente avec la couverture vaccinale

La hausse du nombre d’hospitalisations chez les personnes vaccinées s’explique donc par le fait que le vaccin ne confère par une immunité totale contre le coronavirus, mais aussi par l’augmentation de la couverture vaccinale. C’est mathématique : si 100% de la population était vaccinée, 100% des personnes hospitalisées seraient des vaccinés.

Ces chiffres ne remettent donc pas en cause l’efficacité du vaccin, comme le souligne sur Twitter Martin Blachier, médecin spécialiste en santé publique. « Le vaccin protège à 90% des formes graves et 10% des personnes vulnérables ne sont pas vaccinées. A terme, les personnes vaccinées représenteront 50% des hospitalisations. C’est normal et ça ne veut pas dire que le vaccin ne fonctionne pas ou plus. Bien au contraire !!! ».

Cependant, la vaccination n’est pas le seul outil essentiel afin de faire face à la recrudescence actuelle de l’épidémie de Covid-19. « Le vaccin permet de nous protéger mais face au Delta, trois fois plus transmissible que le virus initial, il ne suffira pas. Masque en permanence à l’intérieur, ventilation, aération, distanciation, lavage des mains sont indispensables », rappelle notamment sur Twitter Nathan Peiffer-Smadja, infectiologue à l’hôpital Bichat à Paris.

Franbuzz sur Facebook

Répondre