L’humoriste Inès Reg et sa sœur Anaïs remportent la 16e saison de «Pékin express: duos de choc»

Si l’humoriste et sa sœur ont brillé par leur bonne humeur, l’ex-Miss France et son compagnon ont marqué cette finale par une houleuse dispute.

publicités

Après l’élimination de Valérie Trierweiler et sa meilleure amie Karine la semaine dernière, l’humoriste Inès Reg et sa sœur Anaïs étaient opposées au binôme composé de l’ancienne Miss France, Rachel Legrain-Trapani, et son compagnon, l’influenceur Valentin Léonard, lors de la finale de Pékin Express sur M6 ce mercredi 10 août.

Lors de cette ultime étape, les deux binômes ont eu à disputer trois courses, comme souvent mouvementées. En début d’émission, Rachel Legrain-Trapani a ainsi fondu en larmes après une épreuve tendue, pendant laquelle son compagnon n’a pas arrêté de crier lors d’un parcours en tuk-tuk les yeux bandés, menaçant d’abandonner avant de se raviser.

publicités

Cette finale a surtout vu s’affronter deux tempéraments radicalement différents. Dès la première course intermédiaire, les solides liens des gagnants leur ont permis d’aborder l’auto-stop et le premier jeu avec un calme olympien. Là où leurs rivaux ont multiplié les éclats de voix. Et notamment lors de la première épreuve qui a mis leurs nerfs à rude épreuve.

Les yeux bandés, Valentin devait conduire un tuk-tuk, guidé uniquement par sa compagne. « On s’est fait une promesse aujourd’hui, c’est de ne surtout pas s’énerver », assurait l’ex-Miss avant de s’élancer. Sauf que l’ancien candidat de téléréalité n’a pas réussi à garder son calme et menacé d’abandonner, avant de se raviser.

publicités

21 000 euros reversés à l’association Utopia 56

Au final, ce sont Inès Reg et Anaïs qui se sont imposées, remportant cette 16e saison du programme, baptisée Duos de choc. Elles gagnent la somme de 21 000 euros, reversée à l’association Utopia 56 qui vient en aide aux migrants.

« Oh mon bébé ! Je suis trop fière de toi ! On a réussi », a craqué Anaïs une fois la ligne d’arrivée franchie, en pleurs dans les bras de sa sœur.

À cette victoire, « je n’y crois pas une seule seconde », a réagi Inès Reg dans une interview au Parisien« J’ai envie de pleurer mais je n’y arrive même pas. Toute la difficulté de l’aventure disparaît, nous glisse sur la peau. C’est un mélange de joie et de fierté. »

Avec Agences