L’image déchirante d’une mère mourante et de sa fille en soins intensifs ensemble (vidéo)

C’est la dernière photo qu’une fille et sa mère prennent ensemble, dans l’unité de soins intensifs. Le lit d’Anabel, hospitalisée en raison du coronavirus, a été placé près de celui de Maria, sa maman mourante.

publicités

Partageant la photo d’elle et sa mère Maria Rico, 76 ans, se tenant la main alors qu’elles étaient toutes deux allongées à l’hôpital, Anabel Sharma, 49 ans souhaite avertir les autres sur les dangers du virus et a écrit : ‘Ne vous laissez pas faire’. Tout a malheureusement été très vite pour cette famille britannique.

C’est une image qui briserait le cœur des plus insensibles. Alors qu’elles étaient toutes deux hospitalisées à l’hôpital de Leicester en raison du Covid-19, Anabel, 49 ans, a pu dire au revoir à sa maman, Maria. La dame de 76 ans étant mourante, son lit aux soins intensifs a été placé à côté de celui de sa fille.

publicités

Anabel et sa mère ont ainsi été admises en soins intensifs

C’est d’abord Isaac, le fils d’Anabel âgé de 12 ans, qui a contracté le virus en octobre dernier. Quelques jours plus tard, l’ensemble des membres de la famille était malade. L’état de santé d’Anabel et de sa maman s’est très vite détérioré.

publicités

Les deux femmes ont ainsi été admises en soins intensifs. À l’hôpital, elles se sont retrouvées séparées. Ce n’est que deux semaines plus tard que la mère et la fille ont été placées côte à côte. Un geste du personnel soignant pour qu’Anabel puisse dire au revoir à Maria.

La fille a pu prendre une dernière photo, main dans la main, avec sa maman. Moins de 24 heures plus tard, Maria avait perdu la vie des suites du Covid-19. Anabel revient sur cette tragédie auprès d’ITV News :

« Si quelqu’un pense à enfreindre les règles, je l’invite à se mettre à ma place et à réfléchir à ce que cela pourrait être de voir sa mère mourir, ou de se faire dire que l’on risque de ne pas vivre ».

Anabel a écrit sur le groupe Facebook « Humans of Covid-19 » : « Personne ne devrait avoir à subir ce que nous avons vécu. Lorsque ma mère et moi avons été emmenées aux urgences, nous avions toutes les deux besoin de l’ITU, mais ils étaient complets. »

« Nous n’avons eu nos lits que parce que quatre patients sont morts ce jour-là, ce qui a libéré des places. Le traitement CPAP pour COVID est horrible et implacable, j’ai dû porter une « cagoule » en plastique 24h/24 et 7j/7 pendant quatre semaines qui a forcé l’oxygène dans mes poumons. »

« Je leur ai demandé tous les jours si j’allais mourir, et ils m’ont dit qu’ils ne savaient pas. Ma mère est morte à l’UIT. L’équipe de l’UIT a fait en sorte que mon lit soit à côté de celui de ma mère pour que je puisse être avec elle jusqu’à la fin » raconte-t-elle.

Malheureusement, Anabel était trop malade pour assister à l’enterrement de sa mère, et a préféré le regarder en direct, seule.

Aujourd’hui, Anabel a toujours du mal à respirer et fait des cauchemars sur le temps qu’elle a passé à l’hôpital. « Ce n’est pas comme la grippe et les gens meurent ou s’ils sont des survivants comme moi, ils ne seront peut-être plus jamais les mêmes » prévient-t-elle.

Franbuzz sur Facebook

Répondre