L’OMS tire la sonnette d’alarme : le monde doit se préparer à une « éventuelle pandémie »

Le directeur général de l’OMS a appelé lundi le monde à se préparer à une «éventuelle pandémie» du nouveau coronavirus, en jugeant « très préoccupante (…) l’augmentation soudaine » de nouveaux cas en Italie, en Corée du sud et en Iran.

publicités

Les inquiétudes grandissent à travers le monde sur la propagation du coronavirus en dehors de Chine, alors que les cas de contamination sont montés en flèche au cours du week-end en Corée du Sud, en Iran et en Italie. Le Koweït, Bahreïn, l’Irak et Oman font face à leurs premiers cas avérés. L’OMS emploie maintenant le mot « pandémie ». Et la France prend des mesures de précaution pour les personnes revenant d’Italie.

En Italie, les autorités ont déclaré une septième victime du virus, avant de revoir le bilan à la baisse avec 5 ou 6 décès selon les sources, mais le nombre de cas est monté à 200 personnes, une ampleur sans équivalent en Europe, poussant à confiner les localités les plus touchées et annulant ou reportant les manifestations publiques, comme le carnaval de Venise.

publicités

Lors d’une conférence de presse, le ministre de la Santé Olivier Véran a fait savoir dimanche que la France n’était pas à ce stade confrontée à une épidémie de coronavirus.

En France, un car venu d’Italie a été stoppé à Lyon en raison d’une suspicion de coronavirus à son bord, son chauffeur a été transporté vers un hôpital, mais ses analyses se sont révélées négatives. À Paris, un commissariat a été brièvement bloqué après le malaise d’une touriste chinoise. Et des mesures de précaution sont prises vis à vis des personnes qui reviennent du nord de l’Italie.

publicités

Les experts de la mission conjointe de l’OMS qui se sont rendus dans plusieurs provinces chinoises, dont à Wuhan, épicentre de l’épidémie, ont en effet constaté que l’épidémie du Covid-19 a atteint en Chine «un pic, suivi d’un plateau, entre le 23 janvier et le 2 février, et qu’elle n’a cessé de décliner depuis lors», a déclaré le chef de l’agence spécialisée des Nations unies, Tedros Adhanom Ghebreyesus.

«Cela devrait donner aux pays l’espoir que ce virus peut être contenu», a-t-il insisté, saluant une fois de plus les mesures drastiques prises par la Chine où des dizaines de millions de personnes vivent confinées depuis des semaines.

 

Franbuzz sur Facebook

Répondre