Macabre découverte dans les Pyrénées : Les ossements retrouvés sont bien ceux d’Esther Dingley, la randonneuse disparue

Les ossements retrouvés récemment près d’un chemin des Pyrénées françaises sont ceux d’une randonneuse britannique disparue depuis novembre dernier, a indiqué vendredi sa famille après une expertise ADN.

publicités

Les ossements retrouvés récemment près d’un chemin des Pyrénées françaises sont ceux d’une randonneuse britannique disparue depuis novembre dernier, a indiqué vendredi sa famille après une expertise ADN.

Esther Dingley, 37 ans, avait gagné en voiture l’Espagne depuis la France fin octobre, avant le deuxième confinement décidé par les autorités françaises. Elle souhaitait bénéficier de conditions de circulation alors plus souples en Espagne pour une randonnée montagnarde.

publicités

Plus de signe de vie depuis le 22 novembre 2020

Elle n’avait plus donné signe de vie depuis un message WhatsApp envoyé le 22 novembre 2020. Son compagnon, resté en France, avait donné l’alerte et d’importants moyens de recherches avaient été déployés des deux côtés de la frontière.

Mercredi, une source proche de l’enquête en France avait indiqué que des ossements avaient été retrouvés près de Bagnères-de-Luchon, dans le sud de la France, et envoyés pour expertise ADN au laboratoire de la police scientifique de Toulouse.

publicités

« Nous avons le regret d’annoncer que nous avons reçu la confirmation par l’ADN que l’un des ossements trouvés la semaine dernière appartient à Esther », ont indiqué son compagnon Daniel Colegate et sa mère Ria Bryant dans un communiqué transmis par l’association LBT Global.

Les détails restent inconnus

« À ce stade, avec un seul os retrouvé et aucun signe d’équipement ou de vêtements dans la zone immédiate (qui a été fouillée méticuleusement pendant plusieurs jours), les détails de ce qui s’est passé, et du lieu où cela s’est passé, restent encore inconnus », ont-ils ajouté.

« Les équipes de recherche et de sauvetage ont l’intention de poursuivre leurs recherches à pied et avec des drones », ont-ils poursuivi.

Esther Dingley devait effectuer une boucle autour du Pic de Sauvegarde (à 2,738 m d’altitude) « entre l’Espagne (où était garée sa voiture) et la France en passant une nuit au refuge de (Port de) Vénasque », avaient précisé les enquêteurs.

Le couple voyageait dans toute l’Europe en camping-car depuis six ans, selon un portrait fait d’eux par la BBC.

Le compagnon avait indiqué à la BBC être resté pour garder une maison dans un vignoble de Gascogne pendant que sa compagne avait pris leur camping-car pour son périple.

avec AFP

Franbuzz sur Facebook

Répondre