Macron veut punir les Français qui skient à l’étranger avec «des mesures restrictives et dissuasives»

Le Président de la République envisage des « mesures restrictives » pour les Français voulant passer les frontières pour aller skier. Le gouvernement envisagerait notamment une quarantaine et des contrôles aléatoires aux frontières de l’Espagne et la Suisse.

publicités

Le chef de l’Etat veut empêcher les Français de se rendre à l’étranger pour skier. Une décision qu’il justifie ce mardi en soulignant la détresse des stations françaises, contraintes de rester fermer. En souhaitant punir ceux qui envisagent de dévaler les pistes ailleurs qu’en France, le président suscite incompréhension et stupéfaction.

Le président de la République a aussi plaidé pour «une coordination européenne». Car certains pays comme l’Allemagne, et probablement l’Italie, ferment leurs stations alors que d’autres, tels la Suisse ou l’Espagne, ne le font pas.

publicités

«S’il y a des pays qui maintiennent des stations ouvertes, il y aura des contrôles pour dissuader les Français.» Et ce afin de «ne pas créer une situation de déséquilibre avec des stations en France», a expliqué le chef de l’Etat devant la presse après avoir reçu le Premier ministre belge, Alexander De Croo. Ces mesures, qu’il s’est gardé de détailler, devront être «affinées» notamment «en fonction de la clause de revoyure prévue vers le 11 décembre».

Les Français qui skient à l’étranger seront testés et isolés

Faute de consensus européen, Emmanuel Macron annonce ce mardi des « mesures restrictives et dissuasives » pour empêcher les Français de passer la frontière. Le président de la République ne veut pas que ses concitoyens délaissent les stations françaises au bénéfice des domaines étrangers.

publicités

Il prévient donc : des contrôles seront effectués aux abords des frontières durant toutes les vacances de Noël. Concrètement, les Français qui se rendent à l’étranger pour skier subiront à leur retour un test ainsi qu’un « isolement de sept jours », fait savoir ce mercredi Jean Castex.

Une décision qui est loin de faire l’unanimité chez les professionnels français du ski. « Le malheur des autres n’a jamais fait mon bonheur », déclare ainsi à l’AFP Alexandre Maulin, président de Domaines skiables de France (DSF). Ce dernier plaide pour une réouverture entière des stations françaises.

Depuis l’annonce de la décision de fermer les stations de ski, les professionnels du secteur, relayés par de nombreux élus locaux, ont exprimé leur colère et leur inquiétude. Le gouvernement de Jean Castex a annoncé une série de mesures d’aide, notamment une indemnisation des remontées mécaniques fermées en décembre et un dispositif de chômage partiel avec «un reste à charge zéro» pour les saisonniers.

Emmanuel Macron a dit comprendre «l’angoisse […] des élus de montagne et des professionnels», et a assuré que tout était fait pour «pouvoir recommencer au plus tôt possible en janvier» les activités montagnardes, «quand on aura une visibilité» sur l’épidémie de Covid-19.

Franbuzz sur Facebook

Répondre