« Nous pourrions aller jusqu’à un troisième confinement », annonce Olivier Véran !

Le spectre d’un troisième reconfinement plane toujours sur la France face aux nouveaux variants plus contagieux du virus, alors que l’exécutif a défendu jeudi sa campagne de vaccination très décriée, et cherché à adoucir un peu le sort des étudiants.

publicités

Renforcement des gestes barrières, test négatif demandé aux frontières : le gouvernement prend de nouvelles mesures pour éviter une nouvelle vague épidémique de Covid-19, rendue plus dangereuse par ses variants, mais n’exclut pas un troisième confinement en moins d’un an.

Le ministre de la Santé n’a pas exclu un recours à un troisième confinement

Le ministre de la Santé, Olivier Véran, a abordé les principaux sujets d’inquiétude des Français ce jeudi 21 janvier. Face à la propagation du Covid-19 en France, Olivier Veran n’a pas exclu l’option d’un troisième confinement. « Nous pourrions être amenés à prendre des mesures plus dures, ça peut aller jusqu’à un confinement si la situation devait l’exiger » , a t’il déclaré.

publicités

Face à Gilles Bouleau, le ministre de la Santé explique que le gouvernement souhaite « donner sa chance de fonctionner au couvre-feu, pour éviter un confinement et donc ses conséquences sociales et économiques ».

Variant britannique

Mais l’option d’un reconfinement pourrait être rendue obligatoire au vu de la propagation des variants britanniques et sud-africains du coronavirus. Selon le ministre, apparaissent en France chaque jour 200 à 300 nouveaux cas de la souche venue d’outre-Manche.

publicités
Sud Ouest© Crédit photo : Gouvernement

« C’est une course contre la montre », a reconnu Olivier Véran. Le variant britannique est « beaucoup plus contagieux. Nous faisons tout pour l’empêcher de se diffuser sur le territoire ». « À chaque fois que nous avons confiné, c’est pour sauver des vies. »

Olivier Véran a également défendu la campagne de vaccination, élargie en début de semaine à tous les plus de 75 ans, et qui a connu beaucoup de difficultés. Après les sites internet et lignes d’appel téléphonique saturés pour les prises de rendez-vous, plusieurs régions ont enregistré des déprogrammations de vaccinations, parfois jusqu’en mars, faute d’un approvisionnement suffisant.

Objectif 70 millions

« Dans 95 % des cas, tout s’est déroulé de manière extrêmement remarquable », a assuré le ministre, mettant en cause la « tradition en France de parler des trains qui n’arrivent pas à l’heure », et assurant que certains centres de vaccination avaient fait du « surbooking ».

Il a salué la « mobilisation » générale et assuré que 500.000 nouveaux rendez-vous allaient être proposés mardi pour la période « entre le milieu et la fin du mois de février ».

Le ministre a également fixé l’objectif de vacciner 70 millions de personnes d’ici fin août et appelé les Français à renforcer les gestes barrières, notamment en n’utilisant plus de masques faits maison, jugés insuffisamment filtrants face aux nouveaux variants.

Dans une allusion aux critiques sur la gestion de la crise sanitaire, Emmanuel Macron avait déjà regretté plus tôt jeudi la « traque incessante de l’erreur » en France, devenue « une nation de 66 millions de procureurs », suscitant des réactions grinçantes dans la classe politique.

Le président de la République s’est également penché sur le sort des étudiants, touchés de plein fouet par la crise sanitaire et dont la situation inquiète de plus en plus. Privés d’amphis depuis plus de deux mois, ils sont durement soumis à la précarité et à l’isolement.

70 millions de Français vaccinés

Concernant le passeport vaccinal, le ministre mentionne que « la question pourra peut-être se poser », avant d’ajouter : « Nous en sommes loin, nous en sommes au début de notre campagne de vaccination. » 

De ce fait, l’objectif lancé est que « 57 millions de Français soient vaccinés fin juillet », et la totalité fin août si tous les vaccins sont efficaces, soit 70 millions de personnes.

Sud Ouest © Crédit photo : Gouvernement

178 000 doses du vaccin Pfizer ont été livrées en Nouvelle-Aquitaine.

Le passeport vaccinal n’est pas à exclure

Faudra-t-il bientôt un certificat de vaccination pour traverser une frontière au sein de l’Union européenne ? Cette question est au centre de toutes les conversations. Ce jeudi, les dirigeants des 27 pays de l’Union européenne ont discuté de l’éventuelle instauration d’un certificat de vaccination pour voyager d’un pays de l’UE à l’autre. Olivier Veran a mentionné que « la question pourra peut-être se poser », avant d’ajouter : « Nous en sommes loin, nous en sommes au début de notre campagne de vaccination » . L’objectif  est que 70 millions de Français soient vaccinés d’ici le mois d’août.

Avec AFP

Franbuzz sur Facebook

Répondre