Passe sanitaire : Sept syndicats de pompiers s’opposent à la vaccination obligatoire

Alors que la profession de pompier fait partie des professions pour lesquelles la vaccination va devenir obligatoire à partir du 15 septembre, plusieurs organisations syndicales s’élèvent contre cette mesure.

publicités

Tout comme le personnel des hôpitaux, cliniques et Ehpad, les pompiers sont également sommés de se faire vacciner avant la fin de l’été. Une décision qui suscite des remous au sein de la profession : plusieurs syndicats de sapeurs-pompiers s’y opposent, dénonçant dans un communiqué, «une atteinte aux libertés individuelles».

Sept syndicats représentatifs des sapeurs-pompiers demandent le retrait, pour leur profession, de l’obligation de vaccination contre le Covid-19, dans un communiqué commun adressé aux parlementaires, lundi 19 juillet. Le projet de loi portant sur les nouvelles restrictions pour enrayer la circulation du virus, a été présenté lundi en Conseil des ministres et doit être débattu mercredi à l’Assemblée nationale.

publicités

Les soldats du feu disent refuser « majoritairement » l’avant-projet de loi « relatif à l’adaptation de nos outils de gestion de crise sanitaire », indique Midi libre. Cet avant-projet de loi comprend les nouvelles dispositions annoncées par Emmanuel Macron ce lundi 12 juillet, dont la vaccination obligatoire pour certaines professions. Ce projet a été présenté ce lundi en Conseil des ministres et doit être débattu ce mercredi à l’Assemblée nationale.

« Pas  contre la vaccination, mais contre son obligation »

En attendant, les sept syndicats de pompiers affichent leur désaccord envers cette obligation. «Nous ne sommes pas contre la vaccination, mais contre son obligation», assure Sébastien Delavoux, animateur collectif CGT des agents Sdis, contacté par France Info. Pour le syndicaliste, l’employeur a manqué de pédagogie. «On ne s’est pas donné les moyens de convaincre les pompiers de se faire vacciner, défend-il. Cette manière de l’imposer sous la menace d’une sanction a rebuté les hésitants .»

publicités

Les organisations syndicales exigent donc le « maintien du libre choix » en matière de vaccination. Xavier Boy, le président de la Fédération autonome des sapeurs-pompiers professionnels, a également été contacté par France info. Il a déclaré : « Nous estimons que 50 % de la population des sapeurs-pompiers est vaccinée ». Toutefois, il est impossible aux syndicats de connaître le nombre exact de sapeurs-pompiers professionnels et volontaires vaccinés, en raison du secret médical.

Risque de désaffection des pompiers volontaires

Se pose également le problème du respect du calendrier vaccinal. En effet, les délais s’allongent, car depuis l’annonce du chef de l’État, les centres vaccinaux ont été pris d’assaut. De plus, « de nombreux centres de vaccination sont fermés », a pointé Sébastien Delavoux, qui déclare que de ce fait, il est « quasiment impossible d’avoir deux doses d’ici le 15 septembre ».

De surcroît, cette obligation vaccinale risque d’entraîner une désaffection des pompiers volontaires qui représentent « environ 80 % des effectifs », indique Sébastien Delavoux. « S’ils décident de se mettre en suspension de contrat, nous manquerons encore plus d’effectifs, notamment dans les centres de vaccination », explique-t-il à France info. Quant aux pompiers professionnels, s’ils refusent la vaccination, ils s’exposent alors à une suspension de deux mois sans salaire, puis à un licenciement, rapporte encore Midi libre.

Quoi qu’il en soit, ainsi que l’a avancé Xavier Boy, les organisations syndicales se disent d’ores et déjà prêtes « à accompagner juridiquement tous les pompiers qui seront mis à pied parce que non vaccinés ». Il se souvient d’ailleurs avec amertume des débuts de la pandémie. À ce moment-là, « on nous a dit qu’on ne courait aucun risque et on nous a envoyés au front sans protections. Puis on a demandé aux sapeurs-pompiers qui étaient malades et sans symptômes de venir travailler, et maintenant, alors que nous sommes en bonne santé, on nous oblige à nous vacciner pour protéger la population », déplore-t-il.

Franbuzz sur Facebook

Répondre