Pourquoi la prime de 100€ promise par le gouvernement pourrait être annulée

Cela devait être une bonne nouvelle pour certains foyers français afin d’essayer de terminer au mieux 2021. Mais en réalité suite à la validation de l’Assemblée Nationale, les Sénateurs ne voient pas tous cette prime d’un bon œil…

publicités

Ce devait être l’une des bonnes nouvelles de cette fin d’année. Face à la hausse des prix et notamment ceux des carburants, le gouvernement a promis une prime inflation de 100 euros aux 38 millions de Français qui touchent mois de 2 000 euros par mois.

Une indemnité inflation qui doit être versée entre décembre et février prochain.  Une mesure adoptée à l’Assemblée Nationale la semaine dernière et qui est désormais soumise au Sénat. Les Sénateurs devant en débattre lors de la soirée du 17 novembre.

publicités

Et c’est justement là que ça se corse puisque le rapporteur général de la commission des finances et le groupe Les Républicains ont déposé un amendement de suppression, révèle Public Sénat.

Une mise en œuvre pas si simple

Pour Bruno Retailleau, président du groupe Les Républicains, « la mesure est mal ciblée et pourrait in fine se révéler inefficace malgré son coût élevé », précise Public Sénat. Composition des foyers bénéficiaires, exposition à la consommation d’essence, seuil de la mesure : le groupe LR déplore également une aide forfaitaire, sans progressivité.

publicités

Jean-François Husson, rapporteur général, s’inquiète quant à lui des modalités de versement. Cette prime sera en effet versée par qui ? Employeur ? L’État ? L’Urssaf ? Les Caisses de retraite ? Les Crous ? Considéré comme étant une mesure emblématique en faveur du pouvoir d’achat, le Sénat estime que celui-ci pourrait néanmoins être rétabli. Par le gouvernement lui-même ou bien encore par la voie d’amendement de la majorité présidentielle à l’Assemblée nationale. Quand l’Etat annonce un procédé « simple et efficace ».

« Mesure emblématique en faveur du pouvoir d’achat, l’article pourrait toutefois être rétabli par voie d’amendement par la majorité présidentielle ou le gouvernement, à l’Assemblée nationale », précise Public Sénat.

Franbuzz sur Facebook

Répondre