Reconfinement : Prêts à tout pour y échapper, les Parisiens se jettent sur les billets de train et d’avion

Si les billets de train et avion ont souvent été pris d’assaut les veilles de confinement, cette fois-ci la situation est encore différente. En se déplaçant ce vendredi, les Parisiens peuvent échapper au confinement en allant dans d’autres régions non touchées par ces mesures.

publicités

Reconfinement dès vendredi minuit !

Ce jeudi 18 mars, Jean Castex a annoncé un nouveau reconfinement dans 16 départements. Suite à cette annonce, le site de la SNCF a connu un pic de fréquentation avec de nombreuses réservations de billets pour quitter l’Île-de-France. Les trains qui quittent la capitale ce vendredi sont majoritairement complets.

Lors des deux premiers confinements, les Parisiens notamment avaient fui la région pour se confiner en province dans des endroits plus confortables ou en famille. Cette fois-ci, l’enjeu est encore plus important puisqu’en quittant leur région, ils peuvent rejoindre des départements non confinés.

publicités

Les billes de train et d’avion pris d’assaut par les Parisiens

Les billets de train et d’avion de ce vendredi ont été pris d’assaut notamment pour rejoindre l’Ouest de la France comme la Bretagne ou le Pays basque. A tel point que peu de temps après les annonces, il ne restait plus qu’un OuiGo partant de Massy en Essonne pour aller à Vannes ou à Biarritz et pourtant les prix n’étaient pas donnés. La SNCF a alors décidé de renforcer ses équipes dans les garez et notamment à Montparnasse, gare des trains pour l’Ouest. Cela nous rappelle bien la situation d’il y a un an à deux jours près et c’est un constat difficile.

Même speech côté avion. Certains Français ont prévu d’aller vivre en Corse pendant un mois. Les prix des billets d’avion pour Bastia se sont envolés.  Air France proposait un vol à 261 euros avec correspondance. Pour les vols directs, il fallait compter jusqu’à 642 euros.

publicités

Ces déplacements en train ou en avion peuvent laisser craindre une répartition du virus sur le reste du territoire ou des actes d’incivilité contre « l’invasion parisienne » . Une chose est sûre, les semaines à venir seront bien compliquées.

L’exode des Franciliens, vecteur de contaminations ?

RTL rapporte que la SNCF s’attend donc à une fréquentation accrue de ses gares, ce vendredi 19 mars. Une « opération affluence avant confinement » aurait ainsi été déclenchée, rapporte la radio. Des agents « gilets rouges » seraient actuellement sur place pour gérer cette augmentation de voyageurs.

Une affluence qui se ressent également sur les routes d’Île-de-France. Ce matin à 7h45, le site Sytadin rapportait que près de 190 kilomètres de bouchons étaient déjà formés dans la région. Ce phénomène migratoire des Franciliens a déjà été observé auparavant. Fortement critiqué lors des précédents confinements, il ne contribuerait pas forcément à répandre le virus, comme le souligne l’infectiologue Anne-Claude Crémieux.

Au micro de FranceInfo ce matin, celle-ci fait remarquer que « les gens vont dans des endroits où ils ont plus d’espace ». La grande partie des contaminations ayant lieu dans des espaces clos et notamment au sein du cercle familial, « si les gens peuvent être dans des endroits plus espacés, pourquoi pas », estime-t-elle.

Les internautes comme à leur habitude ont réagi à cette situation sur les réseaux sociaux.

Sources : Le ParisienLe tribunal du net

Franbuzz sur Facebook

Répondre