Refusée à cause d’un test Covid périmé : une femme enceinte perd son bébé à la porte d’un hôpital

Une Chinoise, enceinte de 8 mois, a fait une fausse couche devant les portes d’un hôpital cette semaine après avoir été refoulée de l’établissement de santé car elle n’avait pas de test de dépistage du coronavirus datant de moins de 48 heures.

publicités

Le directeur d’un hôpital suspendu et deux membres du personnel d’un hôpital de Xi’an ont été licenciés suite à la mort d’un bébé à naître en Chine. La femme enceinte de huit mois s’est vu refuser son admission à l’hôpital en raison d’un test Covid expiré. Les treize millions d’habitants de cette mégalopole du nord-ouest du pays sont confinés depuis deux semaines, rapporte le South China Morning Post.

Selon un message diffusé le 1er janvier sur les réseaux sociaux, une femme s’est vu refuser pendant deux heures l’entrée de l’hôpital Gaoxin au motif qu’elle ne disposait pas d’un test de dépistage du coronavirus datant de moins de 48 heures. Une photo partagée sur les réseaux sociaux chinois la montre assise sur un tabouret en plastique entourée d’une flaque de sang.

publicités

Selon sa nièce, qui a diffusé le message, la femme possédait bien un test de dépistage, mais qui avait expiré quelques heures plus tôt. Le message a été effacé des réseaux sociaux mais a eu le temps de susciter la colère des internautes.

Des sanctions administratives prononcées

Nos confrères de l’AFP n’étaient pas en mesure de certifier son contenu mais la mairie de Xi’an a annoncé dans un message la mise à pied du directeur de l’hôpital ainsi que « de responsables concernés », selon le South China Morning Post.

publicités

Une enquête a été diligentée à la suite des faits « qui ont provoqué une grande inquiétude et un impact négatif sur la société », selon un communiqué de la municipalité.

Jeudi, le directeur des services de santé de la mairie a présenté des excuses lors d’une conférence de presse en s’inclinant face au public. « Je présente de sincères excuses à cette patiente » pour le « manque d’accès aux soins pendant l’épidémie », a-t-il déclaré, disant avoir reçu l’ordre de lui offrir un dédommagement.

La politique du « zéro Covid » à l’épreuve

Dès mercredi, des fonctionnaires locaux avaient annoncé à la presse la mise en place de points d’accès rapides aux hôpitaux pour certains patients tels que femmes enceintes ou malades dans un état critique.

La ville chinoise de 13 millions d’habitants, confrontée à une résurgence de cas, est confinée depuis le 22 décembre dernier. Pour freiner l’épidémie, les habitants de Xi’an sont soumis à plusieurs tests Covid, selon les autorités. Le pays a annoncé 189 nouveaux cas jeudi pour les dernières 24 heures, dont 63 à Xi’an.

Avec Agences

Franbuzz sur Facebook

Répondre