Ségolène Royal ne refuserait pas le poste de Premier ministre : « Matignon ne se refuse jamais » (vidéo)

Alors qu’Emmanuel Macron cherche à remplacer Jean Castex, l’ancienne candidate du Parti socialiste à la présidence de la République en 2007 assure que si on lui proposait de devenir Premier ministre, elle y « réfléchirait » car « Matignon ne se refuse pas ».

publicités

Invitée sur le plateau de « BFMTV » lundi 25 avril 2022, Ségolène Royal a été questionnée sur le futur poste de Premier ministre du nouveau quinquennat d’Emmanuel Macron. L’ancienne candidate du parti socialiste a déclaré « si la question m’était posée, je réfléchirais ».

Après la réélection d’Emmanuel Macron, dimanche 24 avril, la question de l’identité du ou de la futur(e) Premier ministre fait l’objet de nombreuses spéculations. Jean Castex et le gouvernement actuel doivent prochainement remettre leur démission selon l’usage républicain. Le président réélu doit maintenant choisir celui qui siégera à Matignon avant les élections législatives de juin prochain, même si celles-ci pourraient rebattre les cartes. Si des noms sont plus fréquemment cités que d’autres, les prétendants sont nombreux.

publicités

Parmi ceux qui pourraient être intéressés, il y a l’ancienne candidate du Parti socialiste à la présidence de la République en 2007. Invitée dans l’émission Face à Duhamel sur BFMTV lundi 25 avril, Ségolène Royal assure, d’un ton à la fois amusé et sincère : « Si [la question] m’était posée, j’y réfléchirais en effet. Ça ne se refuse pas. Matignon ne se refuse jamais. » Tout en ajoutant : « Mon expérience politique m’a appris à ne pas répondre aux questions qui n’étaient pas posées ».

« Matignon ne se refuse jamais »

« Vous allez peut-être recevoir un coup de fil ? », lui demandent les journalistes de la chaîne d’information. « Je vous le dirai à ce moment-là, je viendrai vous le dire », s’amuse alors Ségolène Royal. « Ça vous intéresserait ? », insiste un des journalistes.

publicités

« Vous savez, mon expérience politique m’a appris à ne pas répondre aux questions qui n’étaient pas posées, mais si elle me l’était posée, je réfléchirais en effet, ça ne se refuse pas », précise-t-elle, avant d’ajouter : « Matignon ne se refuse jamais ».

Présent sur le plateau, le journaliste politique Alain Duhamel s’est ensuite amusé à imaginer la nomination de Ségolène Royal : « Si c’est le bloc Mélenchon qui l’emporte (aux législatives, N.D.L.R.), j’aimerais beaucoup mieux Ségolène Royal à Mélenchon ! ».

Une nomination avant le 13 mai

Mais a priori, d’après les dernières rumeurs, Emmanuel Macron ne devrait pas choisir l’ancienne ministre de l’Environnement. Selon les informations d’Europe 1 mardi 26 avril, deux noms circulent régulièrement : Julien Denormandie, actuel ministre de l’Agriculture, et Élisabeth Borne, ministre du Travail.

« Deux options étudiées parmi d’autres », précise tout de même un cadre du parti à Europe 1, quand un autre assure : « On n’est pas à l’abri d’une surprise ». L’entourage du président continue d’entretenir le flou quant à cette nomination.

Le premier mandat d’Emmanuel Macron prenant fin officiellement le 13 mai, il devra nommer un Premier ministre d’ici là.

Avec Agences

Franbuzz sur Facebook

Répondre