Suicide d’une responsable du Lidl en Bretagne : « Il y a eu des cris, des pleurs » … Le récit glaçant des collègues

Le 6 septembre 2021, la responsable du magasin Lidl de Lamballe dans les Côtes d’Armor se donne la mort. Deux collègues racontent la pression qu’elle subissait au travail.

publicités

La responsable du magasin Lidl de Lamballe s’est donnée la mort début septembre. Un rassemblement de soutien avait lieu ce lundi devant la direction régionale à Ploumagoar. Depuis des mois, syndicats et salariés dénoncent une ambiance de travail délétère au sein de l’entreprise.

À l’appel des syndicats, ce lundi 27 septembre 2021, un rassemblement a eu lieu devant la direction régionale de Lidl, à Ploumagoar près de Guingamp (Côtes-d’Armor). Le député de la France Insoumise François Ruffin s’est joint à ces salariés du groupe marqués par le suicide de la responsable du magasin de Lamballe au début du mois.

publicités

Cette mère de deux enfants, âgée de 49 ans, travaillait pour Lidl depuis 27 ans. Elle était en arrêt de travail depuis le 20 juillet 2020. Ce jour-là, une altercation éclate dans un bureau du magasin entre la responsable et l’un de ses supérieurs. « Il y a eu des cris, des pleurs », se rappelle Marina, une collègue. « Ce jour-là, quand je l’ai vu effondrée, en larmes, j’ai compris que c’était fini », souffle Olivier, un autre salarié.

Souffrance au travail

Marina et Olivier qui témoignent aujourd’hui avec des prénoms d’emprunt se souviennent d’une cheffe « très investie, fière de travailler pour Lidl« . « Un jour, elle est  arrivée avec du vernis à ongles rouge bleu jaune, les couleurs de Lidl, elle avait aussi fabriqué des boucles d’oreilles avec des pin’s Lidl« , se souvient Marina. « Parfois elle arrivait en dansant au travail, elle était humaine, à l’écoute« , renchérit Olivier. Pourtant, la responsable du magasin souffrait aussi au travail.

publicités

Ses responsables lui mettaient un peu trop de pression et elle ne le supportait plus.

« Elle avait le droit à _des remarques de plus en plus négatives sur son travail_, des remises en question, des choses qui lui faisaient perdre confiance« , explique Marina. « Elle ne se retrouvait plus dans la façon de manager« . Olivier évoque lui aussi la pression hiérarchique subit par sa cheffe : « Quand on vous rabaisse régulièrement, quand on vous dit que vous êtes moins que rien, quand on vous dit que vous êtes payé trop cher, ce ne sont pas des méthodes de manager« .

Quarantaine de plaintes

Dans un courrier laissé à ses proches, elle cite son employeur et les noms de certains supérieurs hiérarchiques. « Nous réclamons la vérité et la justice » ont scandé ses collègues pendant le rassemblement.

Les organisations syndicales ne cessent de dénoncer du harcèlement moral, des discriminations qui selon eux coïncident avec l’arrivée d’une nouvelle direction régionale en 2017, année de diffusion de l’enquête de Cash Investigation sur les méthodes du groupe.

Une quarantaine de plaintes ont été déposées ces quatre dernières années. En octobre 2020, les salariés du Lidl de Lamballe cessent le travail pour dénoncer les méthodes de management de la direction. Une enquête, toujours en cours, est ouverte en septembre 2020. Elle vise la direction régionale du groupe. Elle a déjà débouché sur une série de placements en garde à vue au sein de l’équipe dirigeante en février et juin 2021.

Le 9 septembre dernier, Lidl a été mis en examen pour harcèlement moral et homicide involontaire après qu’un de ses salariés a été retrouvé pendu en 2015 sur son lieu de travail, un entrepôt près d’Aix-en-Provence.

En juin 2021, le groupe Lidl a été condamné pour faute inexcusable, après le décès d’un de ses employés à Rungis.

Avec Agences

Franbuzz sur Facebook

Répondre