Un activiste construit un pont pour des écoliers et rend le sourire aux enfants du village

L’activiste et artisan peintre Karim Arfa est un volontaire tunisien qui ne cesse d’effectuer des actions de récupération et recyclage et fabriquer différents objets et constructions pour protéger des citoyens et embellir leur quotidien.

publicités

Dans les régions reculées de la Tunisie, plusieurs localités manquent cruellement d’infrastructure. C’est le cas de « Balta-Bou Aouane » au niveau de « Ouled Slama » dans le gouvernorat de « Jendouba », un village dont les écoliers doivent faire des kilomètres à pieds et traverser un pont de fortune afin de rejoindre leur école.

image: Facebook-Karim Arfa

«Mieux vaut allumer une bougie que maudire les ténèbres», c’est avec cette devise que l’activiste Karim Arfa a décidé d’apporter sa pierre à l’édifice pour améliorer le quotidien de ses compatriotes. Après plusieurs actions menées dans différentes régions du pays.

publicités
image: Facebook-Karim Arfa

«Ensemble nous pouvons tout faire»

Dans les zones rurales démunies, certains chemins menant à l’école sont difficiles à traverser. L’exemple de la petite fille de 12 ans, Maha Gadhgadhi qui, en novembre 2019, a été emportée par les eaux d’un oued en crue alors qu’elle était sur le chemin de retour depuis son école, en témoigne.

La dernière action louable de Karim Arfa est la mis en place d’un pont entre deux rives d’un oued dans un village à Balta-Bou Aouane relatif au gouvernorat de Jendouba. En recyclant de la ferraille et mettant en place un passage et des barrières, il aide ainsi les petits écoliers à traverser en sécurité et les protège d’une chute dans la rivière.

publicités
image: Facebook-Karim Arfa

Inauguré hier, jeudi 4 février 2021, symboliquement par « Khalti Zohra» , une dame âgée du village qui a toujours appelé les autorités à construire un pont pour la sécurité des enfants, obligés de traverser un pont suspendu de fortune, fabriqué avec des planches en bois, menaçant de céder à tout moment et qui oblige les élèves à ne pas se rendre à l’école lorsque de fortes pluies tombent sur la région.

image: Facebook-Karim Arfa

«Il n’y a pas plus beau que le sourire d’un enfant..»

«L’accès au village est difficile et pénible, nous avons eu notamment recours à des ânes pour transporter le matériel. Mais rien n’est impossible. Quand on veut, on peut!», raconte Karim Arfa à Kapitalis, cette belle aventure humaine…, en expliquant avoir voulu que l’inauguration de ce pont ne soit pas «officielle» et qu’elle soit effectuée par Khalti Zohra, l’ancienne du village et en présence des enfants.

image: Facebook-Karim Arfa

«Dans une ambiance joyeuse, marquée par les éclats de rires des petits et la joie des grands, nous avons inauguré le pont lors d’une cérémonie à laquelle ont participé une députée et un délégué, en nous réjouissant de savoir, que les pluies n’isoleront plus les villageois et ne priveront plus les élèves d’emprunter le chemin de l’école», ajoute M. Arfa.

image: Facebook-Karim Arfa
image: Facebook-Karim Arfa
image: Facebook-Karim Arfa
image: Facebook-Karim Arfa

«Chacun peut apporter quelque chose, construire, bâtir, apprendre, enseigner, embellir… Chacun à sa manière, avec ses moyens, aussi petits puissent-ils être, peut tendre la main et rendre le sourire à ses compatriotes et il n’y a pas plus beau que le sourire d’un enfant, d’un être humain», indique Karim Arfa, artisan spécialisé dans le recyclage de la ferraille et engagé «pour le bonheur des Tunisiens».

En effet, il ne s’agit pas de la première contribution de M. Karim Arfa. L’activiste avait déjà transformé de vieux bancs d’écoles en bancs pour les hôpitaux, fabriqué des barrières de protection pour les bouches d’égouts avec de la ferraille et transformé des matériaux recyclables en bibliothèque.

Karim Arfa a par ailleurs tenu à adresser un message : «Il est vrai que les autorités ont l’obligation de se charger de ces services, mais si elles ne le font pas, nous citoyens nous ne devons pas rester les bras croisés. Les gouvernements et les responsables se succèdent, changent et partent..mais le peuple et le pays, eux ils restent», a-t-il dit, avant de conclure: «Nous ne devons jamais hésiter à entreprendre une action pouvant embellir notre pays et améliorer le quotidien des nôtres. Ensemble nous pouvons tout faire et j’insiste : rien n’est impossible».

Bravo à Karim Arfa et puissent ses actions servir d’exemple aux politiciens et autres cadres dans le monde entier.

 

Franbuzz sur Facebook

Répondre