Un jeune homme de 21 ans meurt noyé en voulant sauver un nageur en difficulté dans un étang

Ce dimanche 31 juillet, un jeune homme de 21 s’est noyé en tentant de sauver un autre homme en difficulté dans le plan d’eau communal. La personne qu’elle secourait a quant à elle pu regagner le rivage.

publicités

C’est un drame qui a secoué le village de Priay ce dimanche 31 juillet. Sur le plan d’eau communal Les Brotteaux, un jeune homme de 21 ans est décédé dans un acte d’héroïsme. Selon les sapeurs-pompiers, c’est en voyant une personne de 24 ans en difficulté dans le lac qu’il s’est jeté à l’eau pour lui porter secours et lui permettre de regagner le rivage, comme l’explique Le Progrès..

C’est lors de cette tentative de sauvetage que le jeune homme s’est noyé, et ce malgré l’intervention des pompiers qui ont tenté de le ranimer. La personne qu’elle secourait a quant à elle pu regagner le rivage.

publicités

Fabienne Charmetant, maire de Priay, a indiqué que l’étang est « interdit à la baignade par un arrêté communal depuis 2011, complété un autre depuis 2016 », comme le signalent des panneaux aux abords de l’étang.

Un été dramatique pour les baigneurs

Ce ne sont pas toujours les conditions de baignade qui sont à l’origine du drame. Ce lundi, une fillette de 8 ans est morte noyée, les cheveux aspirés par la bonde de la piscine. Selon le ministère de la Santé, les noyades sont responsables chaque année d’environ 1000 décès et sont la première cause de mortalité par accident de la vie courante chez les moins de 25 ans, rapportait Santé publique France. Elles engendrent aussi parfois de graves séquelles pour ceux qui y survivent. La plupart de ces noyades ont lieu en mer (47 %), puis en piscine (26 %) et dans les cours et plans d’eau (23 %).

publicités

À l’été 2021, c’est parmi les plus jeunes et les plus âgés que les noyades ont été les plus nombreuses : 22 % sont survenues chez les moins de six ans et 26 % chez les 65 ans et plus. Elles ont été plus fatales après 65 ans : dans cette tranche d’âge, 41 % des noyades sont suivies de décès contre 6 % chez les enfants de moins de six ans.

Avec Agences