Un nouveau confinement pourrait être annoncé dès cette semaine par Emmanuel Macron ?

Selon Le Journal du dimanche, le reconfinement pourrait être annoncé mercredi soir par Emmanuel Macron. Olivier Véran indique que c’est cette semaine qu’on verra si le couvre-feu à 18 heures généralisé porte ses effets.

publicités

La mauvaise nouvelle semble se préciser. Face à la progression de l’épidémie de coronavirus, et notamment sous la pression des nouveaux variants, Emmanuel Macron pourrait prendre la parole cette semaine pour annoncer la mise en place d’un troisième confinement.

L’annonce pourrait être faite, comme on en a désormais l’habitude, par une allocution télévisée d’Emmanuel Macron. En tout cas, Le JDD affirme que la question n’est plus tellement s’il y aura un confinement, mais quand.

publicités

«La décision est sur le point d’être prise», rapporte en effet ce dimanche 24 janvier le JDD, toujours très bien informé à propos du parti présidentiel. Ce devrait être le président de la République lui-même qui annoncerait le retour du confinement, comme en mars et octobre dernier.

Les effets du couvre-feu à 18 heures

Le verdict sur les effets du couvre-feu à 18 heures, la dernière grande décision sanitaire prise par le gouvernement, tombera la semaine prochaine, a indiqué ce dimanche le ministre de la Santé Olivier Véran. « J’attends d’abord d’être fixé sur les effets du couvre-feu. On le sera la semaine prochaine », déclare le ministre de la Santé au Parisien dimanche.

publicités

« Si ça ne baisse pas, si les variants commencent à se diffuser partout, alors on prendra des mesures supplémentaires, évidemment. » « Et cela s’appelle le confinement », ajoute-t-il.

Les derniers arbitrages pourraient avoir lieu lors du conseil de défense prévu ce mercredi 27 janvier, Emmanuel Macron s’exprimant le soir même ou le lendemain. La mesure entrerait alors en vigueur dès la fin de cette semaine.

L’Elysée dément mollement

« Si on voit que le virus se remet à progresser fortement, on ferme. On le fera si on n’a pas le choix », poursuit Olivier Véran. « Celui qu’on a instauré en octobre a été efficace. Mais je peux vous dire qu’il n’y a pas de plan caché, ni de scénario pré-écrit ».

Si jamais la décision devait être prise dès cette semaine, elle pourrait être annoncée après le conseil de défense sanitaire de mercredi. Une source gouvernementale citée par Le Journal du dimanche parle d’un reconfinement d’une durée minimum de trois semaines.

L’Elysée, de son côté, a mollement démenti : « Il y a quinze jours, toutes les chaînes info nous disaient déjà attention on reconfine, et c’était faux », souligne l’entourage du président dans Le Parisien, qui se forme à renvoyer au conseil de défense de mercredi… comme le JDD.

« Il n’y a pas de décision prise, et les prochains jours seront décisifs », mais « par principe, tous les scenarii sont sur la table », a dit le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal. Les éventuelles modalités éventuelles sont plus floues.

Les écoles resteront-elles ouvertes ?

Concernant les restrictions concrètes qui seront mises en place, on semble s’acheminer vers un nouveau confinement «light». Le JDD évoque bien un retour de la limitation des déplacements (sans précisions sur la distance ou la durée) et de la fermeture ou la limitation d’ouverture des commerces «non-essentiels».

Mais le télétravail pourrait ne pas être rendu obligatoire et les établissements scolaires rester ouverts. «La situation permet la continuité scolaire», plaide d’ailleurs le ministre de l’Education Jean-Michel Blanquer, qui défend «les modalités qui ont prévalu en novembre», dans une interview au JDD ce dimanche.

Le nombre de nouvelles contaminations est chaque jour un peu plus élevé. Désormais, 19.310 nouveaux cas positifs sont détectés chaque jour, soit une hausse de près de 10 % par rapport à la semaine précédente, d’après le site CovidTracker.

Le reconfinement risque de plomber encore un peu plus l’état d’esprit des Français. «L’impact social et moral» de la mesure, surveillé de près à l’Elysée, aurait ainsi été l’un des freins principaux à sa mise en place jusqu’à présent. Dans un sondage Ifop-Fiducial pour CNEWS et Sud Radio publié mi-janvier, 55 % des Français disaient vouloir éviter un retour du confinement «allégé». Au point que certains internautes ont lancé le hashtag #JeNeMeConfineraiPas.

Avec AFP

Franbuzz sur Facebook

Répondre