Un prêtre assassiné : le meurtrier présumé avait été remis en liberté le 31 mai

L’homme qui a avoué le meurtre du père Olivier Maire en Vendée avait été incarcéré pendant neuf mois. Libéré le 31 mai, ce réfugié rawandais avait été hospitalisé en psychiatrie en juillet.

publicités

Un prêtre a été assassiné à Saint-Laurent-sur-Sèvre, en Vendée, a annoncé ce lundi le ministre de l’Intérieur, qui est attendu sur place. L’auteur, qui s’est lui-même rendu, est l’homme qui est accusé d’avoir incendié la cathédrale de Nantes en juillet 2020.

Selon le vice-procureur de la Roche-sur-Yon, l’auteur présumé est venu avec la voiture de la communauté à la gendarmerie remettre les clefs de la chambre d’Olivier Maire. Il aurait indiqué aux fonctionnaires que le corps s’y trouvait. « Les premières vérifications ont permis la découverte du corps sans vie d’Olivier Maire », détaille le substitut.

publicités

L’information a notamment été annoncée par le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin, qui a fait part de son émotion et indiqué, sur Twitter, qu’il se rendait sur place.

Un homme s’est rendu à la gendarmerie

Le profil de l’homme qui a avoué, ce lundi matin, à la gendarmerie de Mortagne-sur-Sèvre en Vendée, avoir tué le père Olivier Maire, le supérieur de la communauté catholique des frères missionnaires montfortains, se précise.

publicités

Et comme les premiers éléments apparus dans la journée l’indiquaient, Emmanuel Abayisenga, ce réfugié rwandais âgé de 40 ans, n’est pas un inconnu de la justice. Ainsi que l’a expliqué dans une conférence de presse, le vice-procureur de la Roche-sur-Yon Yannick Le Goater, le suspect est aussi au cœur d’une autre affaire : l’incendie de la cathédrale de Nantes le 18 juillet 2020.

« Assassiné victime de sa générosité »

D’après France 3, le corps de la victime a été découvert ce lundi matin à Saint-Laurent-sur-Sèvre, à une vingtaine de kilomètres de Cholet. Selon Valeurs actuelles, l’auteur présumé se serait rendu à la gendarmerie de Mortagne-sur-Sèvre, à moins de 10 km du lieu où le prêtre a été retrouvé, pour avouer les faits.

Selon les informations de Le Parisien, le prêtre aurait été victime d’un coup porté à la tête. Le vice-procureur a également expliqué que le 20 juin dernier, la victime avait contacté les forces de l’ordre puisque le suspect menaçait de quitter les lieux.

Sous contrôle judiciaire

Un dossier dans lequel Emmanuel Abayisenga a été mis en examen et placé en détention provisoire entre le 20 juillet 2020 et le 31 mai 2021. Sa récente remise en liberté était assortie d’un contrôle judiciaire strict l’obligeant à pointer deux fois par mois et d’une obligation de résider en dehors de la Loire-Atlantique.

Il faisait par ailleurs l’objet d’une obligation de quitter le territoire français (OQTF), mais qui n’a pas été appliquée en raison de son procès à venir pour l’incendie de la cathédrale de Nantes. « Sa présence sur le territoire national était rendue nécessaire par cette procédure en cours », a souligné le magistrat.

Hospitalisé en psychiatrie

Une information judiciaire a été ouverte pour « Homicide volontaire » à l’encontre du principal suspect. « Le mis en cause a été placé en garde à vue dès 9 h 15. Il faisait l’objet d’un contrôle judiciaire strict », explique le vice-procureur. Sa présence sur le territoire était rendue obligatoire par son contrôle judiciaire. Il a fait l’objet d’une mesure d’hospitalisation en hôpital psychiatrique dans les dernières semaines.

Une expertise psychiatrique est en cours. Les résultats de l’examen sont attendus pour savoir si le suspect sera maintenu en garde à vue. L’enquête judiciaire en est à ses débuts, les mobiles restent pour l’heure inconnus fait savoir le substitut. Aucun mobile terroriste n’est caractérisé. Une autopsie est en cours. Selon les premiers éléments, le prêtre a été tué entre 20 h dimanche soir et ce matin. Le suspect, Emmanuel Abayisenga, est né en 1981.

Sur Twitter, Emmanuel Macron a lui aussi rendu hommage à Olivier Maire : « Il portait jusque dans les traits de son visage la générosité et l’amour de l’autre. Au nom de la Nation, je rends hommage au Père Olivier Maire. Pensées chaleureuses pour les Montfortains et tous les catholiques de France. Protéger ceux qui croient est une priorité. »

Franbuzz sur Facebook

Répondre