Un restaurant niçois sert illégalement une centaine de clients pour protester, il prône la «désobéissance civile» (vidéos)

Encensé par des clients venus le soutenir, un restaurateur, en plein centre-ville de Nice, a repris son activité en dépit des mesures en vigueur à l’échelle nationale qui interdisent le service en salle depuis octobre 2020.

publicités

Un restaurateur niçois a ouvert son établissement ce mercredi midi, malgré l’interdiction en vigueur. La police, présente sur place, n’a pas mis fin au service, convoquant le patron en fin de journée. Le commerçant, selon lequel « la pandémie, tout ça, ce sont des mensonges », avait lancé les réservations sur WhatsApp.

Comme en témoignent plusieurs vidéos diffusées sur les réseaux sociaux ainsi que la presse locale, le propriétaire avait 50 réservations de prévues et organisé deux services. Tout s’était fait par le bouche-à-oreille depuis le début de la semaine.

publicités
Les policiers devant l’établissement de Christophe Wilson. • © Hélène France / France Télévisions

« J’en ai parlé autour de moi. Depuis deux ou trois jours. J’ai envoyé des messages sur WhatsApp et les gens ont commencé à réserver », indique-t-il, sans masque lui non plus, évoquant des théories complotistes, reprises volontiers par ces clients du jour.

© Eric Gaillard Source: Reuters

« La pandémie, tout ça, ce sont des mensonges », assure-t-il. Gilles, assis à une table, est également persuadé que « les hôpitaux sont vides ». Et lui, comme les autres, n’a pas « peur de l’amende ». « Si c’est le prix de la liberté, je suis prêt à l’avoir autant de fois qu’ils le veulent », annonce-t-il.

publicités
Le restaurant était plein à l’heure du déjeuner. • © Hélène France / France Télévisions

«Liberté, liberté !», entend-on les personnes présentes scander dans cette séquence.

Les tables sont dressées et les assiettes sont servies, il s’agit d’un « acte symbolique ». Le patron du Poppies n’en est pas à sa première action. Il avait déjà ouvert fin novembre dernier pour protester lors du deuxième confinement.

« La pandémie, tout ça, ce sont des mensonges »

Selon les images publiées sur Twitter, une cinquantaine de convives se sont pressées sous la terrasse couverte à l’heure du déjeuner. La plupart sans masques, ce qui n’a pas dérangé le patron des lieux, scandait « résistance ! » dans l’établissement. « La pandémie, tout ça, ce sont des mensonges », a assuré Christian Wilson. Il prône la « désobéissance civile » et invite « tous les restaurateurs de France à faire pareil ».

A l’intérieur du restaurant, les manifestants ont entonné une marseillaise autour du restaurateur qui se dit au bord de la faillite et qui revendique « le droit de travailler ».
Une boite circule entre les tables. Il s’agit d’une cagnotte pour aider le restaurant et les clients se montrent généreux.

Peu avant 14 heures, les policiers repartent sous les « on a gagné, on a gagné » des clients.

Les clients de ce restaurant éphémère savourent leur repas. • © Hélène France / France Télévisions

Selon france3, une vingtaine de policiers sont intervenus, allant en cuisine et demandant aux convives d’évacuer les lieux. En vain. Les forces de l’ordre sont repartis sous les « on a gagné, on a gagné » des clients. Des clients ont cependant été contrôlés et verbalisés à leur sortie.

Entre les tables, une « tirelire à amende » a circulé pour permettre de régler une éventuelle contravention. Nul doute que celle-ci sera utilisée : le propriétaire des lieux a été convoquée au commissariat à 17h00, toujours selon france3.

Franbuzz sur Facebook

Répondre