Une aide de 200 euros accordée aux 18-25 ans pour partir en vacances, voici comment!

Vous avez entre 18 et 25 ans et souhaitez vous accorder un moment de répit ? Un programme permet de bénéficier une fois par an d’une aide pouvant aller jusqu’à 200 euros pour partir à la mer, à la montagne ou en ville, en France comme à l’étranger. On vous explique.

publicités

Les jeunes méritent bien un petit coup de pouce pour cet été ! L’Agence nationale pour les chèques-vacances (ANCV) renouvelle cette année son programme solidaire, « Départ 18h25 ». Ce projet souhaite offrir un chèque de 200 euros aux personnes entre 18 et 25 ans afin de leur permettre de profiter de leur été. Ces jeunes doivent remplir certaines conditions pour être éligibles.

Après ces différentes périodes de confinement, les vacances pourraient être un bon moyen de se ressourcer. Mais pour les jeunes, particulièrement impactés par la crise sanitaire, et la crise économique qui en découle, ce sera peut-être encore moins simple qu’à l’habitude. Pour leurs vacances, les 18-25 peuvent prétendre à un coup de pouce. Il s’agit du programme Départ 18 : 25 mis en place depuis 2014 par l’Agence nationale pour les chèques vacances (ANCV), rapporte Ouest-France.

publicités

Es-tu éligible à cette aide au voyage ?

Bien évidemment, tout le monde ne peut pas prétendre à bénéficier du programme d’aide. Comme son nom l’indique, ce dernier n’est ouvert qu’aux personnes âgées de 18 à 25 ans. Mais pour y prétendre, il y a quelques autres conditions à remplir.

Chaque jeune dont le revenu fiscal de référence (qui figure sur sa propre déclaration d’impôt sur le revenu) est inférieur à 17 280 € peut envisager de partir en vacances avec l’aide de l’ANCV. Si le jeune est toujours sur la déclaration de ses parents, il peut aussi y prétendre, pas de panique ! Tout dépend alors du nombre de parts fiscales et du revenu fiscal de référence figurant sur la déclaration des parents.

publicités

Les étudiants boursiers, en contrat d’apprentissage ou contrat de professionnalisation, en contrat aidé, les personnes en Service civique, les élèves en école de la deuxième chance, les bénéficiaires de la Garantie jeunes ou ceux suivis par l’Aide sociale à l’enfance sont aussi éligibles.

Pour être sûr de pouvoir bénéficier de l’aide, il est possible de consulter un simulateur en ligne, sur le site dédié.

Comment réserver ?

Il suffit de se rendre sur les sites de réservation associés au programme : laStationduSoleil.com, laStationdeSki.com et laStationinTheCity.com et aller dans la rubrique Départ 18:25. Une fois les dates et le séjour choisis, il faut effectuer une demande de réservation, accompagnée des pièces pour prouver votre éligibilité (contrat d’apprentissage, certificat de bourse, déclaration de revenus…).

Ces dernières « sont contrôlées en quelques minutes seulement du lundi au samedi entre 10 et 20 heures », indique l’ANCV. Si vous êtes éligible, le montant de l’aide sera directement déduit de la somme à payer et votre réservation validée.

Quel est le montant de l’aide ?

Il a été revalorisé en juin dernier, en raison de la crise sanitaire, qui affecte durablement les jeunes. Désormais, la prise en charge va « jusqu’à 75 % du coût du séjour, dans la limite de 200 euros (contre jusqu’ici un plafonnement à 50 % du coût du séjour dans la limite de 150 euros). Il est demandé à chaque jeune de s’acquitter d’un minimum de 50 euros », détaille l’ANCV.

A l’été 2020, le coût moyen d’un séjour était de 245 euros par bénéficiaire, avec un reste à charge de 90 euros. Plus de 2.000 jeunes sont partis en vacances avec ce programme durant l’été 2020, soit 40 % de plus qu’en 2019 sur la même période. Durée moyenne de leur séjour : 5,5 jours.

Comment ce dispositif est-il financé ?

Il est financé par les excédents dégagés par l’ANCV. Pour résumer, l’agence se charge de l’émission et de la distribution des chèques vacances. Les particuliers les dépensent pour effectuer des activités, se loger, se restaurer… Les professionnels du tourisme envoient ensuite ces chèques à l’ANCV pour les encaisser. L’agence prélève alors une commission sur les montants perçus. C’est ainsi qu’elle finance des actions solidaires à destination des jeunes mais aussi de séniors ou de leurs aidants.

Avec Agences

Franbuzz sur Facebook

Répondre