Une cagnotte en ligne ouverte par ses proches pour aider les quatre enfants de Magali Blandin, mortellement frappée par son mari

Magali Blandin était éducatrice spécialisée au sein de l’association « Sauvegarde de l’enfant et de l’adulte en Ille-et-Vilaine ». Tuée mi-février par son compagnon, elle laisse derrière elle quatre enfants. Ses collègues, acteurs de la protection de l’enfance, ont ouvert une cagnotte pour les aider.

publicités

À l’initiative du comité social et économique de l’association où travaillait Magali Blandin, à Rennes, une cagnotte en ligne a été lancée le 13 avril dernier sur le site la Cagnotte des proches. Un compte bancaire a été créé pour chacun et les dons issus de la cagnotte en ligne y seront déposés équitablement.

Le 11 février 2021, Magali Blandin, une éducatrice spécialisée de 42 ans, succombe aux coups donnés par son mari Jérome Gaillard, mis en examen et écroué. Ses quatre enfants, âgés de quatre, sept, 12 et 14 ans ont été placés séparément en famille d’accueil. C’est pour tenter de venir en aide à ces enfants que des collègues de Magali Blandin ont décidé d’ouvrir une cagnotte en ligne.

publicités

«​Parce que tu donnais tout pour les enfants, les élus du CSE de la SEA35 mettent en place modestement cette cagnotte pour tes enfants », précisent les membres de la Sauvegarde de l’enfant à l’adulte de Rennes (SEA35) dans leur appel aux dons.

Un compte pour chaque enfant

« Les fonds récoltés seront cantonnés sur la plateforme, le temps que les services sociaux en charge des enfants puissent ouvrir un compte bancaire dédié aux quatre enfants », explique Anne-Sophie Roturier, la fondatrice de la cagnotte solidaire, à Ouest France.

publicités

Les enfants aujourd’hui âgés de 4, 7, 12 et 14 ans, sont placés séparément en famille d’accueil. Un compte bancaire a été créé pour chacun et les dons y seront déposés équitablement, assure les créateurs de cagnotte à France 3. Ils pourront disposer de cet argent à leur majorité.

POUR FAIRE UN DON  :  la cagnotte en hommage à Magali Blandin

Franbuzz sur Facebook

Répondre