Une entreprise des pompes funèbres à Calvados propose un corbillard tiré par un cheval pour les enterrements

C’est une scène d’une autre époque. Un cortège chemine en silence derrière un corbillard tiré par un cheval, dans les rues étroites du centre médiéval de Touques en Normandie. Une manière évidente de renouer avec la tradition, selon Raphaël Fatout, ordonnateur de pompes funèbres dans cette commune.

publicités

Tiré par un cheval, le corbillard de Raphaël Fatout, le gérant de l’entreprise des pompes funèbres Le Tourneur du Val, a été mis en service dans la commune de Trouville-sur-Mer, rapporte Le Pays d’Auge. Les corbillards tractés par un cheval sont seulement au nombre de trois dans toute la France.

L’histoire de ce corbillard

L’histoire de ce corbillard a commencé avec François Pedrono, le maire de la commune voisine de Saint-Arnoult. Au départ, François Pedrono avait acheté ce corbillard en guise de symbole de protestation contre la fermeture de l’école de son village. Le corbillard, positionné devant la mairie, portait un écriteau sur lequel on pouvait lire : « Non à la mort de mon école. »

publicités

La cause a été si bien défendue que l’école en question n’a pas fermé ses portes et le corbillard a été revendu à Raphaël Fatout. Mais, « une fois l’attelage acquis, encore me fallait-il un équipage », explique l’ordonnateur des pompes funèbres.

Il a donc fait appel à un ancien entraîneur de chevaux, également maire de Saint-Arnoult, possédant plusieurs attelages dont une calèche, relate encore le bi-hebdomadaire. Le maire de Saint-Arnoult propose alors de mener le corbillard lors des inhumations, tracté par son percheron qui se prénomme Espoir. Un nom prédestiné pour ce cheval, qui « a le don d’absorber le chagrin de la famille », confie l’élu au journal.

publicités
Lors d’une inhumation, le cortège a suivi le corbillard hippomobile
entre les deux églises de Touques pour exaucer le voeu de la défunte. (Calvados). (©DR)

Un supplément de 1 000 €

Pour Raphaël Fatout, le pays d’Auge étant renommé pour être « le pays du cheval », proposer des « enterrements plus traditionnels » était chose naturelle. Avec l’arrivée de la pandémie du coronavirus, ce moyen de conduire le défunt jusqu’à sa dernière demeure est devenu une évidence.

« À l’époque, on ne parlait pas de Covid. Mais depuis l’arrivée de la pandémie, les gens ont envie de revenir aux vraies valeurs et aux traditions. Pour moi, ça a du sens et ça me rappelle l’enterrement de nos grands-parents et franchement, ça change mon travail au quotidien », reconnaît-il.

Bien évidemment, ce trajet en corbillard est symbolique et ne peut se faire que sur une courte distance, à travers les rues du village où se tient l’inhumation. Le coût de l’opération est de 1 000 €, précise encore Le Pays d’Auge. L’entreprise Le Tourneur du Val peut d’ailleurs assurer ce service dans toute la France.

Pour faire appel à l’entreprise des pompes funèbres Le Tourneur du Val, trois adresses :

– Au 8 Boulevard Fernand Moureaux à Trouville-sur-Mer. Tél. : 02 31 98 33 40.

– Au 2 rue Launay, à Pont-l’Évêque. Tél. : 02 31 64 05 05.

– Au 25 avenue de la Grande Cavée à Hérouville-Saint-Clair. Tél. : 02 31 95 24 99.

Franbuzz sur Facebook

Répondre