Une femme meurt poignardée dans son immeuble à Paris après une soirée alcoolisée

Une femme d’origine polonaise est décédée dans la nuit de mercredi à jeudi, après avoir été découverte très grièvement blessée à l’arme blanche dans un immeuble parisien où la police a également interpellé trois suspects, selon une source proche de l’enquête.

publicités

L’intervention rapide des secours n’a pas permis de lui sauver la vie. Une femme de 33 ans, d’origine polonaise, est décédée dans la nuit de mercredi à jeudi après avoir été très grièvement blessée à l’arme blanche dans un immeuble du 17e arrondissement de Paris, a-t-on appris de source policière, confirmant une information du Parisien. Elle présentait notamment une importante plaie au niveau du sternum.

La victime évacuée vers l’hôpital, 3 suspects interpellés

Les secours ont pris en charge cette femme âgée de 33 ans et l’ont conduite sous escorte policière à l’hôpital Georges Pompidou, situé dans le XVème arrondissement de la capitale. Son pronostic vital était engagé.

publicités

Trois suspects ont été interpellés dans l’immeuble le soir-même. Il s’agit de ressortissants polonais âgés de 41, 45 et 48 ans, jusqu’ici inconnus des services de police. Le téléphone de la victime, maculé de sang, a été retrouvé sur l’un d’eux. L’arme du crime, en revanche, a disparu. Ivres, les trois hommes ont fait l’objet d’une garde à vue différée.

Elle succombe à ses blessures

La victime a succombé à ses blessures dans la soirée. Son autopsie est prévue ce jeudi, à l’Institut médico légal (IML). Le parquet de Paris a confié l’enquête au 1er District de police judiciaire (DPJ). Les policiers, qui ont interrogé le voisinage, ont appris que la victime « fréquentait deux hommes en même temps », selon un témoin, qui a affirmé qu’« il y avait beaucoup de disputes, notamment la veille ».

publicités

Pour l’heure, les enquêteurs appellent à la prudence car les éventuels liens entre les trois hommes et la victime ne sont pas établis. Les investigations se poursuivent pour faire la lumière sur ce crime.

Franbuzz sur Facebook

Répondre