Vaucluse – Le mari droguait sa femme pour la livrer à des dizaines de violeurs et filmait les scènes : 44 hommes ont été interpellés

L’histoire fait froid dans le dos. Officier chez les pompiers, infirmier, journaliste, ouvrier, employé, gardien de prison… Une soixantaine d’hommes sont accusés d’avoir violé une femme vivant dans le Vaucluse alors qu’elle avait été droguée par son mari, rapportent nos confrères du La Provence et du Midi Libre.

publicités

Ce mardi 28 septembre, neuf personnes du sud-est de la France ont été interpellées. Elles sont soupçonnées d’avoir violé une femme droguée par son époux dans un pavillon de campagne à Mazan, dans le Vaucluse. L’affaire date de 2013, et 44 personnes ont été interpellées, 35 sont mises en examen et écrouées.

« Sachez que je vais devoir vous montrer des photos et des vidéos qui risquent de vous choquer ». Le 2 novembre 2020, au commissariat de Carpentras, Marie, une retraitée de 67 ans, voit sa vie brusquement s’effondrer. Sidérée, elle écoute l’officier de police lui raconter l’impensable : depuis des années, son mari, Dominique, 69 ans, la drogue le soir avec du Temesta, un puissant somnifère.

publicités

Le matériel est exploité, et l’affaire prend alors une tout autre dimension. Sont révélés des films de son épouse, droguée et inconsciente, livrée à des inconnus, révèle le quotidien parisien. Le suspect est placé en garde à vue le 2 novembre 2020. L’épouse découvre le calvaire qu’elle a subi des années durant, dans son domicile.

« C’est son monde qui s’effondre ce jour-là. Comment soupçonner une telle face sombre, une telle duplicité chez cet homme avec qui elle était en couple depuis près de 50 ans ? », témoigne son avocate Caty Richard dans le journal.

publicités

Des abus pendant près de 10 ans

Ces atrocités ont duré pendant 10 ans, de 2010 à 2020. Le mari, prénommé Dominique, était en contact avec des hommes sur un forum Internet et les invitait à venir chez lui, alors que sa femme était inconsciente. Le retraité la droguait à son insu en lui faisant ingérer de puissants anxiolytiques.

La victime ne s’est rendu compte de rien durant toutes ces années, comme l’expliquait son avocate Caty Richard au média Brut ce mercredi. « C’est au cours d’une audition au commissariat pour récupérer le téléphone de son époux qu’elle apprend qu’il la droguait et la livrait à d’autres hommes », explique l’avocate.

Interpellé pour avoir filmé sous des jupes

En effet, Dominique est interpellé en 2020 après avoir été surpris en train de filmer sous les jupes de plusieurs femmes au magasin Leclerc de Carpentras. Trois d’entre elles portent plainte et le retraité est entendu par les forces de police.

C’est au cours de la perquisition à son domicile que les policiers découvrent des images et des films pornographiques mettant en scène sa femme – très clairement inconsciente et donc non-consentante – avec d’autres hommes. « On n’a jamais vu ça ! », confie un enquêteur à La Provence.

Plus de 40 interpellations

Commence alors une enquête minutieuse pour retrouver toutes les personnes qui ont participé aux viols. C’est sur Internet que les policiers arrivent à identifier ce réseau de criminels. L’époux de la victime, « un manipulateur » selon les sources judiciaires, était en contact avec des dizaines d’hommes sur un forum.

Au total, selon La Provence44 hommes ont été interpellés ces derniers mois, dont neuf ce mardi 28 septembre, et 33 d’entre eux ont déjà été mis en examen et écroués pour viol et voyeurisme aggravé.

De 24 à 71 ans

Les suspects présentent des profils hétérogènes. Le plus jeune a 24 ans et le plus vieux 71 ans. Ils sont issus de différentes catégories socio-professionnelles. « Des gens qui sont devenus des violeurs par opportunité, par facilité, grâce à Internet », explique une source proche du dossier à nos confrères.

Quant au mari de la victime, il a été écroué pour « complicité de viol avec circonstance aggravante, administration à une personne à son insu d’une substance de nature à altérer son discernement, atteinte à la vie privée et diffusion d’images de violence », indique le parquet d’Avignon.

La victime, traumatisée, a depuis déménagé en région parisienne.

Avec Agences

Franbuzz sur Facebook

Répondre