Vidéo – Emmanuel Macron visé par un jet d’oeuf lors d’un salon de la restauration à Lyon

Le président, en déplacement à Lyon à la rencontre de professionnels de la restauration, de l’hôtellerie et de l’alimentation, a été pris pour cible lors d’un bain de foule.

publicités

Emmanuel Macron a une nouvelle fois été pris pour cible. En marge d’un déplacement au Salon international de la restauration et de l’hôtellerie (Sirha) à Lyon (Rhône), un œuf a été lancé dans sa direction. L’individu a été aussitôt maîtrisé par le service d’ordre et on ne connaît pas pour l’heure ses motivations.

La scène est brève. Dans une très courte vidéo relayée sur les réseaux sociaux, on peut voir un œuf rebondir sur l’épaule du président, sans se briser. Un jeune homme a aussitôt été interpellé. « S’il a un truc à me dire, qu’il vienne », exprime le chef de l’État. Il demande qu’on lui amène l’auteur des faits.

publicités

L’auteur du jet d’œuf, un homme en bermuda, a été aussitôt évacué dans une autre pièce puis menotté. “S’il a un truc à me dire, qu’il vienne”, a commenté le chef de l’État, demandant à ce qu’on lui amène. « J’irai le voir après. Allez le chercher », a-t-il ajouté.

Défiscalisation des pourboires

Dans les allées du salon, les professionnels ont remercié le président de la République pour les aides de l’État durant la crise, ainsi que pour son annonce du matin d’une prochaine défiscalisation des pourboires payés par carte bancaire.

publicités

Des partisans lui ont aussi lancé des encouragements pour la présidentielle, comme “encore 5 ans SVP” ou “on compte sur vous pour 2022″ ou encore « Continuez les réformes et appuyez ».

Ce n’est pas la première fois qu’Emmanuel Macron est la cible d’un jet d’œuf. En 2017, alors candidat en visite au salon de l’Agriculture, il était déjà visé par un œuf, qui lui avait explosé sur la tête.

Une attaque de plus contre le chef de l’État. En marge d’un déplacement à Tain, dans la Drôme, en juin, le locataire de l’Élysée a été giflé. Il avait déclaré à cette occasion : «Il n’y a pas de déplacement facile.» L’homme à l’origine de la gifle, Damien Tarel, avait ensuite été condamné à quatre mois de prison ferme.

Emmanuel Macron n’est pas le premier chef de l’État à être ainsi visé. Son prédécesseur, François Hollande, avait quant à lui été enfariné lors de la présentation d’un rapport sur le mal-logement, alors qu’il était encore candidat à la présidentielle.

Avec AFP

Franbuzz sur Facebook

Répondre