«Vive la vie !» : Akhenaton dit «non» au pass sanitaire et à la vaccination obligatoire

Le groupe de rap prend position par la voix de son chanteur, Akhenaton, covido-sceptique de longue date, au nom de la liberté. Une réaction qui a déçu de nombreux fans des Marseillais.

publicités

Le rappeur, qui s’est exprimé au nom du groupe IAM, n’a pas hésité à s’impliquer dans le cadre du débat autour de la situation sanitaire en France. Et d’après lui, il est important de s’opposer à la stratégie du gouvernement, qui passe par la vaccination de tous les Français.

Pourquoi ? L’artiste ne le dit pas clairement, mais il estime qu’Emmanuel Macron veut faire passer des lois « extrêmement dangereuses pour l’avenir de tout le monde » et qu’ « il en va de nos libertés ».

publicités

«Viens, bascule de notre côté». Ces mots chantés par IAM dans L’Empire du côté obscur ont une résonance particulière aujourd’hui, alors que le groupe de rap marseillais prend position contre le pass sanitaire et l’obligation vaccinale.

«Avec le groupe IAM nous sommes contre le pass sanitaire, contre la vaccination obligatoire. Il en va de nos libertés et surtout de l’avenir de nos enfants», affirme Akhenaton, leader du groupe, dans une vidéo publiée sur son compte Twitter et relayée par celui d’IAM.

publicités

Dans une vidéo d’un peu plus d’une minute, diffusées sur Instagram et Twitter, Akhenaton se dit, comme les autres membres du groupe, « contre le passeport sanitaire, contre la vaccination obligatoire, à l’usure ou non dans le cas des soignants et d’autres métiers ».

Trouver des solutions

Avec le chant des cigales derrière lui, Akhenaton demande par ailleurs à tous les journalistes et soignants « qui ont un tant soit peu de conscience », « prennent enfin la parole », au lieu d’aller « dans un sens unique ». Autrement dit, le rappeur semble convaincu, comme certains complotistes, qu’on nous cache des choses sur la pandémie et sur la stratégie de vaccination.

Le rappeur se garde en tout cas bien de donner des informations concrètes sur ce qui l’inquiète, et il conclut avec ces mots : « C’est ensemble qu’on trouvera des solutions. Vive la vie, vive l’amour, l’unité, vive l’humanité, je l’espère en tout cas ».

On rappelle que la « solution », selon le consensus scientifique, reste le vaccin. Si l’on regarde chez nos voisins britanniques, en avance sur la France dans leur stratégie de vaccination, le taux d’infection a augmenté de façon significative chez les adolescents et jeunes adultes (12-24 ans), c’est-à-dire la population qui n’est pas encore vaccinée, selon les données du gouvernement au 11 juillet. Le taux de personnes infectées a en revanche baissé chez les plus de 70 ans, une tranche d’âge majoritairement vaccinée.

Avec Agences

Franbuzz sur Facebook

Répondre